Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  des echos

HISTOIRE ET RELIGION A TAMAZGHA

10 Mai 2010 , Rédigé par Dzecho Publié dans #LES VOIX DE TAMAZGHA

par Lies  :

9 mai 2010 à 22 h 43 min

Salutations à toutes et à tous. Ce ne sera ni l’histoire, ni la religion qui vont sortir l’Algérie de la situation fatale dans laquelle elle s’est enfouie. Plus on en parle et plus on s’enlise dans les divisions, les incompréhensions et les intolérances. La première, l’HISTOIRE, parce qu’elle ne s’écrira jamais, car les acteurs veulent se présenter comme des êtres parfaits alors que personne ne l’est, même pas les prophètes. Donc ils sont obligés de travestir l’histoire et d’autres viendront pour les contredire, et ainsi de suite, et de cette façon tout le monde (acteurs, historiens, témoins, archives etc.) se retrouve embarqué dans un cercle vicieux qui n’a pas de fin. Il ne faut pas espérer rencontrer quelqu’un, parmi les vivants, qui a le courage de dire: j’ai failli, j’ai craqué, un instant j’ai manqué de courage et de jugement et j’ai dénoncé x ou bien j’étais à l’origine de telle tragédie ou de la mort de quelqu’un, et des faiblesses tout a fait humaines du même genre. Ou tout simplement, je n’ai pas fait la révolution, je suis un imposteur. On n’a droit qu’à des super héros qui proclament qu’ils sont blancs comme neige, innocents comme des petits enfants, vaillants et guerriers, visionnaires et stratèges, qui ont abattu des avions avec des fusils de chasse et ont mis en déroute des divisions de blindés et des bataillons de soldats ennemis alors qu’ils n’étaient que 7 ou dix. Et quand on sait que les vrais moudjahids sont soit morts en chahid, soit marginalisés et pour un certains nombre d’entre eux morts dans l’oubli par cette Algérie indépendante pour laquelle ils se sont sacrifiés, on comprendra d’une manière objective et définitive que l’Histoire, la vraie, ne s’écrira pas de sitôt, peut être jamais. C’est pourquoi, si cela ne tenait qu’a moi, je range toute discussion et tout débat sur l’Histoire dans un placard doré en attendant l’arrivée du moment opportun et propice pour l’écrire afin de l’enseigner dans nos écoles. Pas pour en faire des programmes politiques qui appellent à la vengeance ou susciter des divisions entre les enfants d’un même pays, mais juste par devoir de mémoire, pour célébrer certaines dates et honorer et mettre en évidence certains symboles et se souvenir de la souffrance d’un peuple a un certain moment de son vécu. Comme le font certains pays qui utilisent l’histoire pour entretenir la flamme du patriotisme, se souvenir des sacrifices des anciens, et avancer de plus belle avec compétence, créativité, et détermination vers de nouveaux horizons et de nouvelles victoires toutes pacifiques et civilisées qui procurent aux enfants du pays droit, justice, paix et prospérité. L’autre volet, ô combien important, a trait à la RELIGION. C’est le même problème qui se pose avec la religion. Son instrumentalisation à des fins politiques, démagogiques ou charlatanesques continue de faire des ravages. Cela n’aide pas le pays à entrevoir le bout du tunnel. La question de la religion est une affaire très épineuse. Et ils ne faut pas s’attendre à ce que la solution vienne des oulémas, érudits, imams, chefs de zaouïas, ou tout fonctionnaire qui exerce dans le secteurs des habous et de l’administration des affaires religieuses, parce que c’est leur VACHE à LAIT , c’est leur régie des rentes, et la ressource pourvoyeuse de tous leurs privilèges. La question doit être réglée politiquement, dans le cadre d’un forum rassemblant les élites, les intellectuels, les universitaires, les syndicats et le mouvement associatif comme celui des étudiants et des femmes etc. Un travail bien fouillé et bien réfléchi qui examine minutieusement et mesure à l’aune de la justice et du progrès, tout précepte et toute loi qui émane de la Chariaa, dès lors qu’elle devient civile càd dès lors qu’elle s’applique à la société et relève du domaine publique. Il faudra beaucoup de courage politique, d’honnêteté intellectuelle et d’intégrité morale pour pouvoir arriver à solutionner cette question, qui présentement, maintient toute la nation (État et société) dans un immobilisme effrayant et très couteux pour l’avenir des générations futures. Un gouvernement qui aura l’immense et courageuse ambition de régler d’une manière rentable pour le pays et pour les générations futures, ces deux questions relatives à l’HISTOIRE et à la RELIGION, afin qu’elles ne parasitent pas l’harmonie sociale des algériens et ne constituent pas un obstacle à la bonne gouvernance du pays, est selon moi, le GOUVERNEMENT qui aura incontestablement rendu le plus grand service au pays et dont le NOM restera dans l’Histoire. Il faut bannir l’injustice et les iniquités d’où qu’elles viennent. Qu’elles se drapent de l’habit ‘’ glorieux’’ de l’histoire, ou de l’habit ‘’pieux’’ de la religion, une injustice restera toujours une injustice et les iniquités qui en découlent produiront la décadence, et qu’a Dieu ne plaise, la disparition effective de la souveraineté de la nation. Fraternellement.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article