Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  des echos

LIBYENS ET LIS BIEN

27 Septembre 2011 , Rédigé par Dzecho Publié dans #TAMAZGHA CE N'EST PAS DES MIRAGES

Les « Arabes libyens » de Sarkozy

par Hend Sadi |http://www.kabyles.net/local/cache-gd2/e0c8e25e7bb3d42151236c083d3d2bed.jpg

« Jeunes Arabes libyens, nous vous demandons une chose : unissez-vous ! » s’est écrié Sarkozy dans son allocution prononcée à Benghazi. Pour un appel à l’union, c’est raté. Pourquoi cette discrimination à l’égard des Amazighs qui ont libéré la capitale ? Et d’ailleurs, pourquoi Nicolas Sarkozy si soucieux d’union a-t-il choisi pour lancer son appel une ville de province, Benghazi, plutôt que Tripoli ? La capitale n’est-elle pas symboliquement mieux indiquée pour exprimer son soutien à la Libye unie ? Sa « politique arabe » aurait-elle été gênée par le drapeau amazigh qui flotte dans le ciel libre de Tripoli sur tous les bâtiments officiels, y compris sur la mythique caserne Bab Aziza, l’antre du dictateur renversé ?

En France, on explique généralement la visite de Sarkozy en Libye par des considérations de politique interne. Ce déplacement à Benghazi serait motivé par le souci de requinquer l’image particulièrement détériorée d’un président qui se prépare à reconquérir son siège en 2012. Satisfaits de sa prestation à Benghazi, ses conseillers affirment lui avoir trouvé, en la circonstance, des accents gaulliens.

Mais pour nous, externes à ces considérations domestiques et politiciennes, soucieux de l’avenir et de la liberté des Libyens, de tous les Libyens, avenir et liberté sur lesquels pèsent encore de lourdes hypothèques, son cri nous a rappelé, non pas Charles de Gaulle lançant son « vive le Québec libre  ! » à Montréal en 1966, mais Bélaid Abdeslam clamant « je suis Arabe parce que Kabyle ».

En effet, ce discours exprime d’abord une ignorance qui cache une incohérence, celle-là même qui est contenue dans la formule d’Abdeslam, car « Libyens » n’est rien d’autre que le nom antique des Amazighs et Hérodote déjà l’avait employé en son temps. En d’autres termes, lorsque Sarkozy dit « Arabes libyens » c’est mutatis mutandis le « Arabe kabyle » d’Abdeslam.

Alors, serait-ce trop demander, cela gênerait-il tant les visées stratégiques sur la région de M. Sarkozy, visées purement humanitaires nous n’en doutons pas, que de redonner dans sa vérité leur nom à ces Libyens ? Pourtant, ceux-là, qui ont donné un empereur à Rome, sont bien entrés dans l’Histoire, et même avant les Gaulois…

Au-delà de cette ignorance, l’appel de Sarkozy est en outre aussi discriminant qu’indécent en ce qu’il exclut de leur patrie des hommes dont le sang versé pour sa libération n’a pas encore séché sous le soleil de Tripoli.

Il est temps, grand temps, que tous comprennent, y compris nos dirigeants et un certain nombre de compatriotes, que l’amazighité n’est pas une identité à taire honteusement, qu’il ne peut y avoir d’union fondée sur la négation du lien, le premier et le plus ancien, qui unit tous les habitants d’Afrique du Nord de Siwa en Égypte jusqu’à l’Atlantique. Car sans faire de tort à la vérité historique et quelle que soit la langue que nous parlons aujourd’hui, nous pouvons tous dire et désormais avec une fierté enfin retrouvée : « Nous sommes tous des Libyens, c’est-à-dire des Amazighs ! »

Hend Sadi

Logo illustrant l’article : Septime Sévère.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article