Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog  des echos

TAMAZGHA ET LES CAUSES JUSTES

7 Juin 2010 , Rédigé par Dzecho

Adel

6 juin 2010

Ces dernières semaines, il a beaucoup été question d’Arabes, de Kabyles et de Palestiniens. Je sais que pour beaucoup d’Algériennes et d’Algériens de mon âge – qui ont dépassé le cap de la cinquantaine –, la Palestine est une partie de la Patrie arabe, «el watan el ‘arabi», occupée par les sionistes. Qui ne se souvient de Yasser Arafat, Georges Habach ou Nayef Hawatmeh sans éprouver un serrement de cœur? C’est un fait incontestable que la Palestine est aujourd’hui le symbole de la déchéance des Arabes, la preuve vivante de leur impuissance. Chaque jour qui passe apporte son lot d’humiliations et aucune lueur d’espoir à l’horizon. Mais en y regardant de plus près, j’en suis arrivé à me poser la question suivante : qui mérite le plus qu’on pleure sur son sort, le peuple palestinien ou le reste des Arabes? Ceux qui ont des dirigeants élus démocratiquement et qui luttent avec le peu de moyens dont ils disposent contre l’occupant, ou bien ceux qui courbent l’échine depuis des décennies, acceptant sans broncher le joug de régimes despotiques?

Kabyles et Arabes.

Ainsi étaient désignées les populations autochtones d’Algérie par les auteurs français, du temps de la colonisation. Crise «berbériste» de 1949 au sein du MTLD, Printemps Berbère de 1980, proclamation du GPK par le MAK en 2010: trois dates, trois évènements qui ont vu le douloureux retour du refoulé à la conscience de la nation algérienne. Qui sommes-nous? Des Berbères dont la majorité a été arabisée? Des Arabo-berbères? Des Berbères et des Arabes qui vivent sous le même drapeau? Qui pourra, étant donné le silence tonitruant de nos anthropologues et de nos historiens, nous dire la vérité pour que nous puissions enfin vivre en paix? La liste de nos revendications est longue et, en attendant que nos «gouvernants» fassent amende honorable ou cèdent la place, le MAK se porte volontaire pour mener la Kabylie vers la Terre Promise de la démocratie et de la dignité retrouvée. Un pétard mouillé? Un autre coup fourré du DRS? On le saura bien un jour, mais Ferhat Mehenni devrait quand même compulser les statistiques sur l’emploi en Kabylie, car il me semble que beaucoup de nos compatriotes du Djurdjura et de la Soummam gagnent leur (maigre) croûte aux côtés de leurs frères et sœurs des autres régions d’Algérie, là où il y a encore du travail – au Sud ou dans les quelques complexes encore en vie. La réalité économique est souvent difficile à contourner.

Quel est le rapport entre les Arabes, la Palestine et le MAK, me direz-vous? C’est encore et toujours la démocratie et l’État de droit. Qu’il s’agisse de la Kabylie, de l’Algérie, du Maghreb ou du Monde Arabe, c’est l’absence de démocratie qui bloque toute la machine. Tous ces émirs, ces roitelets et ces présidents à vie qui nous empoisonnent l’existence et que nous traînons comme des boulets, ces dinosaures dont les cerveaux ne produisent plus que des idées périmées, ainsi que les États policiers qu’ils ont mis en place et qu’ils maintiennent artificiellement en vie envers et contre toute logique, finiront bien un jour ou l’autre par s’effondrer dans un immense fracas. Ce jour-là, le soleil se lèvera enfin et, de l’Atlantique au Golfe, des citoyens libres et égaux en droits et en devoirs se mettront en marche pour édifier, sur les ruines de l’ancienne nation arabe mythique, de nouveaux ensembles régionaux au sein desquels tout homme et toute femme, quelque soit son origine ethnique ou sa langue, aura le droit de dire son mot et de choisir, selon les règles de la démocratie véritable, ce qu’il estime être le mieux pour lui. Les Palestiniens pourront alors réellement compter sur le soutien de leurs frères et sœurs Arabes.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article